Dans la peau d’une ancienne villageoise…

Il m’est arrivé souvent de repenser à un certain petit village quand je prends une minute pour penser à mon enfance. Durant cette période, le village était composé de sept foyers. Sept familles y vivaient, mais elles n’en faisaient qu’une.

J’ai tout commencé là-bas.C’est dans les creux rassurant des plaines et les pentes pleines d’espoirs qui en reviennent que j’ai commencé à rêver d’une vie meilleure, d’un monde meilleur. Avec les aboiements protecteurs de Milou, Zambla et autres sacs à puces, j’ai appris à croire aux belles choses. Les soleils couchants qui enflammaient l’horizon, les plantes sauvages que j’ai cueillies, goutées et aimées, les poissons que j’ai pris des rizières de mes propres mains, les figurines en argile que je n’ai jamais su réaliser, ces terres, ces sentiers sur lesquels mes pieds nus ont marché, ces arbres ombragés en-dessous desquels j’ai repris mon souffle…tout cela a fait de moi ce que je suis actuellement.

Je ne peux retenir de ce village que de beaux souvenirs et je le bénis en silence à chaque fois que je réussis quelque chose de bien. Dans mon esprit, je repars à quelques dizaines de kilomètres, à l’ouest de Tananarive et j’espère le meilleur pour chaque nouveau-né, chaque fleur qui éclos, chaque grain de riz semé, chaque bougie allumée, chaque sourire pour que ce village, mon village soit immortel.

J’y ai vécu avec mes grands-parents, mes parents, mes sœurs, mes cousins-amis,l’espace, l’amour, la quiétude. Il y a eu aussi les angoisses, les peurs et les déceptions. Mais en fin de compte, tout cela a dessiné sous mes pieds le chemin qu’il fallait suivre. Alors j’ai marché, j’ai couru, je suis tombée, j’ai eu des égratignures, j’ai pleuré, mais je me suis relevé pour rire à nouveau, grandir et vivre dans le bonheur.

Dans mon village, aucun doute ne planait.
L’avenir s’annonçait rose.
Chaque jour était une fleur offerte par la vie.
La vie était belle et l’espace vert et étendu jusqu’au bout du monde.
Même les jours de pluie étaient joyeux.
Les nuits étaient reposantes et remplies de beaux rêves.
Les lendemains étaient pleins d’espoir.
Les fêtes interrompues n’étaient que parties remises… »

Publicités

Qu'en dites vous?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s