Le sens de la famille à Madagascar

La famille… voilà un « cercle » dans lequel les comportements des uns avec les autres membres diffèrent à Madagascar par rapport aux autres pays.

Les Malgaches s’adorent malgré les apparences

Les Malgaches ayant grandi à l’ancienne (à l’écart des influences culturelles extérieures) démontrent rarement leur sentiment. Ils se disent rarement Je t’aime. Le rapport parents/enfants est rarement ponctué d’accolade, de câlins ou d’autres gestes « suggestifs » de ce genre.

J’ai été témoin de ce « comportement » quand une jeune fille partait pour la capitale. Elle a trouvé un travail dont la durée du contrat était inconnue indéterminée. Son père l’a accompagné du village jusqu’à l’arrêt du taxi-brousse. Ils sont partis chacun de son côté au moment de se quitter sans un mot, sans un sourire, sans même un au revoir. Timidement, le père a dis quelques mots tout bas. Ce n’était pas pour dire qu’elle lui manquerait, mais pour lui rappeler qu’elle doit bien se comporter « là-bas ».

Mais malgré cette pudeur, les Malgaches s’adorent (comme tous les peuples du monde, hein)

Les parents sont par exemple très trop protecteurs. Dans les villages, les parents couvent tellement les enfants que ceux-ci ne partent jamais. (Enfin, je parle surtout de la situation d’avant parce qu’actuellement, les gens sont tellement pauvres qu’ils partent de leur village pour aller travailler mendier loin loin loin) Je connais un village où tous les fils sont restés au village avec femmes et enfants. Le village s’agrandit donc au fur et à mesure que les hommes se marient. Les filles, quant à elles, partent agrandir le village de leur mari.

La tendance est la même dans de nombreuses familles urbaines et relativement modernes, même si les situations diffèrent. Je prendrai l’exemple du cododo, une pratique très très très courante à Madagascar.  Certes, dormir tous ensemble est souvent une question de manque de moyens (pour acheter un lit et encore moins une chambre à chaque enfant) dans de nombreux foyers, mais de nombreux parents ont du mal à se séparer de leur bout de chou dès la naissance.

Et dans la vie de tous les jours, les parents sont tellement présents et « acteurs » dans la vie des enfants qu’il n’est pas rare d’avoir des célibataires de 30 ans qui habitent encore chez les parents. Je ne dis pas du tout que c’est mal (d’autant que cela permet de faire de bonnes économies pour le jour où on s’en va), mais quand on voit les jeunes occidentaux qui se débrouillent seuls à 18 ans, on se rend compte que notre culture est différente. Évidemment, différente ne veut pas dire mieux ou pire. Il y a des avantages et des inconvénients comme partout ailleurs.

Je considère notamment notre attachement à nos « vieux » comme un point positif. Les maisons de retraite existent, mais n’accueillent qu’une infime partie de nos seniors. Les laisser seuls dans leurs vieux jours est impossible pour la mentalité de nombreuses personnes. En fait, c’est juste la continuité logique des habitudes familiales qu’on acquiert avec le temps. Comme nos « vieux » ont toujours tout vécu en famille, ce serait horrible de les laisser seuls quand dans leurs vieux jours. La rupture serait trop brutale. Et contrairement à cela, ceux qui ont toujours eu l’habitude d’être indépendant ne peuvent pas devenir « une charge » pour la famille dans leurs vieux jours. Pour ceux-là, les maisons de retraite sont tout simplement la continuité logique de cette indépendance par rapport à la famille.

[J’ai supprimé la photo parce que je me suis rendue compte à quel point c’est dangereux de partager la photo des gens qu’on aime sur des plateformes grand public comme celui-ci]

Voici Bebe Zoky (lisez « bébé zouk » Bebe veut dire grand-mère et Zoky aînée)  C’est donc la doyenne de ma famille du côté de mon père. Elle est née en 1922 (aura donc 90 ans au mois de novembre) Elle a travaillé toute sa vie. Elle vendait des choses et d’autres dans une petite échoppe de bric-à-brac. Elle confectionnait aussi des vêtements qu’elle vendait au fameux marché du Zoma. Elle a élevé seul son fils unique qui est décédé il y a bien plus de 20 ans maintenant. Elle a encore toute sa tête et à chaque fois que des gens lui rendent visite, elle s’exerce à se rappeler des choses (les noms des visiteurs, des souvenirs vécus avec eux etc.) Elle a arrêté ses activités il y a relativement peu de temps et passe donc ses vieux jours dans la maison de ses petits-enfants.

Publicités

9 réflexions sur “Le sens de la famille à Madagascar

  1. Il y a une plaisanterie (pas forcément marrante je concède) par ici qui dit que si les personnes âgées sont mises dans les maisons de retraite par leurs enfants qui veulent que des infirmières s’occupent d’eux c’est parce que petits, les enfants ont été mis dans les crèches et ont été élevés par des nounous … :p

    J'aime

  2. Ping : Leurs ancêtres les Gaulois | Tsiahy

  3. Magnifique ! Une analyse belle juste et intelligente de l’ ‘esprit de famille’. Je ne suis pas Malgache (on ne peut pas être partout…) donc je te fais confiance et si j’en crois les commentaires associés, je n’ai pas tort.
    Pour ce qui est de la famille classique française actuelle, tu la décris très bien aussi. Indépendance est le maître-mot et nous ses esclaves.
    J’ai trois enfants, 20, 19 et 14 ans. Mon fils ainé ne vis plus à la maison, je ne vois ma fille ainée que quelques jours dans la semaine et je vois que la petite dernière s’asperge le dos avec de l’engrais pour que ses ailes poussent plus vite.
    Je ne leur jette pas la pierre puisque j’ai quitté le domicile familial à 17 ans.
    Conclusion : je vais probablement finir mes jours en maison de retraite…

    J'aime

    • De toute façon, tu voudras toujours être indépendant. J’aime bien l’idée d’être indépendant à 17 ans, mais non non non je ne pourrais jamais laisser mes enfants partir à 17 ans (ou alors il faudrait que je m’y prépare dès maintenant)

      J'aime

  4. Merci Soahary de nous faire partager les « coutumes » de ton pays.
    Sur le sujet des « seniors », en France, certaines personnes âgées vivent chez leurs enfants car ils n’ont pas assez de salaires de retraites pour payer le loyer d’un appartement digne de ce nom, le logement est très cher.

    J'aime

Qu'en dites vous?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s