[ Proverbe malgache : « Ny tokantrano tsy ahahaka » ]

« Ny tokantrano tsy ahahaka » veut dire qu’on n’a pas à étaler ses problèmes de couple sur la voie publique.

Je suis en grande partie d’accord avec ce proverbe. Les problèmes de couple ne regardent que le couple. Donc, pas de maman ni de belle maman ni de frère ou de sœur de l’un ou de l’autre, juste les deux pour faire face aux soucis. Et même que régler les problèmes seuls renforce les liens. Donc, oui les soucis du couple ne regardent que le couple.

Oui, mais pas toujours. J’estime qu’on peut et qu’on doit en parler à des spécialistes ou même aux autorités lorsque problème de couple rime avec coups et blessures (physiques ou morales) De nombreux hommes et femmes (mais plus d’hommes que je femmes je crois) bénéficient en effet d’une certaine impunité parce que leur conjoint(e) est persuadé(e) que JAMAIS les problèmes de couple ne doivent sortir du foyer.

Ce proverbe fait l’affaire de beaucoup d’hommes qui battent leur femme. Certes, je ne connais pas des millions de femmes Malgaches mariées, mais je peux affirmer que beaucoup se font tabasser par leur mari. Elles ne disent rien ou te racontent leur calvaire et te font jurer de n’en parler à personne. Pire, une grande partie de ces femmes finissent par croire qu’elles méritent les coups. Et devant la société, une femme battue a honte. Elle cache sa situation et supporte tout en silence.

Ce proverbe donne aussi l’avantage aux hommes dans l’adultère parce que beaucoup, mais alors énormément d’hommes Malgaches ont une femme officielle et une (ou plusieurs) maîtresse communément appelée « le deuxième bureau » Souvent, leur femme est au courant. Certaines imposent des règles, comme ne jamais amener la maîtresse à la maison, faire en sorte qu’elles ne se rencontrent pas, ne pas laisser traîner des preuves (sms, appel…etc.), ne pas ramener de maladies dans le lit… Bref, elles supportent tant que le mari rentre à la maison le soir et apporte de quoi nourrir les enfants. Pire, ces femmes trompées finissent par croire une fois encore qu’elles le méritent. Beaucoup de femmes trompées sont persuadées que l’adultère ne veut absolument pas dire que leur mari ne les aime plus. Et tant que ce dernier ne lui demande pas de partir, c’est qu’au fond, il y a encore de l’amour.

Dans les deux cas, la plupart de celles qui souhaitent partir restent  « pour les enfants » Quelques femmes réussissent toutefois à partir et à demander le divorce. Mais voilà, être divorcée est mal vu dans la société malgache. Divorcer veut dire être jugé par tout le monde. Même les proches ne comprennent pas toujours (à croire que certains préfèrent que leur fille/sœur/cousine soit battue et trompée au lieu d’être heureuse. Allez comprendre quelque chose!)

Quand on y pense, la tendance est la même à Madagascar et ailleurs. Les femmes battues et trompées ont tendance à supporter. Certaines mettent des années à s’en sortir, d’autres supportent en silence. Elles en ont quand même dans les tripes. Et pour faire comme si de rien n’était alors qu’on a des bleus partout, je dis BRAVO. En tout cas, je leur tire mon chapeau. J’espère aussi qu’elles se rendent compte un jour que les coups ne sont pas « normaux » et que tous les hommes n’en donnent pas!

A Madagascar, malheureusement, tout incite ces femmes à rester là. Il n’y pratiquement aucune structure sûre pour les prendre en charge. Il existe bien des assistants sociaux, mais où sont-ils? Personnellement, je n’ai aucune idée de comment en contacter un ici (et j’espère que je n’aurai jamais à en contacter un d’ailleurs) Et comme la société toute entière semble être d’accord (que les femmes trompées et battues peuvent et DOIVENT tout supporter), certaines vivent tous les jours dans la terreur et le silence jusqu’à ce que le mari meurt ou qu’il parte pour une autre femme (qu’il finira par battre et tromper) ou qu’elle meurt tout simplement.

Je pense à ces femmes battues et trompées que je connais, que j’ai connues. Que Dieu leur  vienne en aide (et coupe le bras et le zizi de leur connard de mari) 

Publicités

21 réflexions sur “[ Proverbe malgache : « Ny tokantrano tsy ahahaka » ]

  1. Tout à fait d’accord avec toi : je pense qu’en France par exemple, même si je pense qu’encore beaucoup de femmes battues se taisent, il existe des structures, des lois, des organismes vers lesquels se tourner, si on veut sortir de ce calvaire.
    Et puis je pense également qu ‘en France beaucoup de femmes sont indépendantes financièrement, ce qui rend les choses tout de même plus facile si elles prennent la décision de « partir ».
    Enfin en France, le divorce est reconnu.
    Du fait de ces différences entre nos 2 cultures, je pense que beaucoup de chemin dans les moeurs reste encore à faire à Madagascar pour que la femme soit « protégée ».

    J'aime

  2. C’est fort et courageux de ta part de briser ce tabou. Les grands changements commencent souvent par de petites initiatives personnelles…
    (Merci aussi pour le son et … ça fait bizarre de voir Shaggy avec des cheveux !! o_O)

    J'aime

    • Je ne te dis pas depuis combien de temps ce billet moisi dans mes brouillons. J’ai dû le lire et le relire 500 fois avant de cliquer sur Publier.

      Comment ça? Il n’a plus de cheveux Shaggy? Je ne sais plus du tout de quoi il a l’air maintenant 😛

      J'aime

  3. je partage tout à fait ton point de vue; j’ai vécue dans cette ambiance toute petite (mon père trompait et battait ma belle mère, et moi aussi accessoirement). Et je peux te dire qu’on ne s’en remet jamais, même une fois sortie de l’enfer. par exemple j’ai beaucoup de mal à faire confiance à mon mari et je me sens toujours diminuée par rapport aux autres femmes.
    ici à Mayotte, d’après ce que j’ai vu, c’est la même chose qu’à Madagascar.
    les femmes se taisent et restent. Pourtant depuis quelques mois il y a une campagne de sensibilisation sos femmes battues, mais les mentalités ne changent pas si facilement.
    n tout cs bravo d’avoir brisé le tabou.

    J'aime

    • Je me demande combien d’enfants de femmes battues Malgaches oseraient avouer au vu et au su de tous (comme tu le fais) que leur père était violent. En fait, même les enfants ont honte de ces choses qui se passent dans l’intimité de leur foyer. Et ça, il faut que ça change. Ça me révolte que les victimes aient honte alors que c’est le bourreau qui devrait s’enterrer vivant

      J'aime

  4. J’en ai connu dans mon entourage et ça m’a dégoûté pendant longtemps. Je ne comprenais pas pourquoi ces femmes acceptaient cette situation. Il est vrai que c’est plus compliqué à Madagascar et tu as évoqué certaines raisons, notamment la honte (ça se vérifie aussi en France). Il y a également le poids de la servitude de la femme. On lui apprend depuis toute petite qu’il faut respecter son mari. J’ai rarement entendu l’inverse. Et avec toute l’hypocrisie que ça engendre. Il faut toujours faire en sorte de se montrer sous un beau jour sinon ça jaze. Bref, on se préoccupe toujours trop du qu’en dira-t-on. Bizarrement, on incombe toujours la faute de ce qu’elle subit à la femme. Une vraie mentalité archaïque! Celles qui font de longue étude et qui sont financièrement indépendantes font peur aux hommes dans toutes les civilisations. Chez les malgaches, si une femme ouvre trop la bouche, il faut la mater dès le départ avant de donner des idées à d’autres. Mon Dieu, que certains hommes sont petits! Le pire, c’est qu’effectivement ces femmes finissent vraiment par croire qu’elles sont bonnes à rien. On finit par se demander pourquoi ces hommes les ont épousé. Mais j’ai ma petite idée sur la question que je n’évoquerai pas ici tellement c’est vulgaire.
    Chez mes amies malgaches mariées à des malgaches, j’ai l’impression qu’on retrouve toujours des problèmes vraiment de merde (pardon pour l’expression). C’est toujours liés à la belle-famille, aux maîtresses et tout en même temps. Les problèmes courants du style payer ses factures, la bouffe et qui font partie des préoccupations quotidiennes ne semblent pas être suffisants…Toutefois, je suis d’accord sur le fait qu’on n’étale pas ses problèmes de couple en public. Pas tous, en tout cas…Et surtout, j’ai appris une chose, c’est qu’il ne faut jamais s’immiscer dans les histoires de couple car ça te retombe toujours dessus.

    J'aime

    • Merci d’avoir partagé ton point de vue Fanja. Si seulement une seule femme Malgache battue et/ou trompée pouvait tomber ici et avoir le courage nécessaire de partir… Ça serait une petite victoire pour nous (moi et ceux qui laissent des commentaires)

      J'aime

      • En tout cas, j »avais une nounou qui a épousé ce genre de type à 21 ans et qui lui a fait un enfant. Les années ont passé avec ses déboires et elle a fini dans une tombe à 31 ans.Je ne sais pas ce qu’est devenu son fils mais il avait bien une maîtresse.

        J'aime

        • Une Malgache? Mais c’est horrible 😦 Bon, c’est toujours horrible quelle que soit la nationalité de la victime et malheureusement ces histoires là sont passées bien trop souvent sous silence.

          J'aime

  5. C’est un magnifique article Soahary, très touchant, parfaitement écrit et surtout qui met les pieds dans le plat… C’est terrible ce non-droit à la parole de la part des victimes, d’être jugée comme la criminelle si tu oses tenter de t’en sortir. Tout ça pour ne pas faire de tort à un monstre qui bat sa femme. Les moeurs mondiales ont encore beaucoup à évoluer sur ce point, dans quasiment tous les pays du monde je pense. La femme n’est pas un sous-être, je ne comprends pas pourquoi il en a été ainsi pendant des milliers d’années…
    Je partage ton article sur ma page facebook du blog et j’espère qu’il sera lu par beaucoup de femmes et pourra peut-être en aider certaines qui seraient malheureusement dans le cas d’une tromperie ou de violence.
    Des grosses bises et bonne journée !

    J'aime

    • Merci Caro. Ton commentaire me fait penser à ces écolières Afghanes qui ont été une fois encore empoisonnée parce qu’elles vont à l’école. Et les Talibans ne manquent pas d’idées pour leur faire du tort. Cette fois, c’est du poison dans l’air que ces jeunes filles respiraient (dans la salle de classe) A croire que la femme est une vraie menace pour certains hommes. Dès qu’elle s’instruit, certains hommes ont peur…

      J'aime

  6. Ce proverbe entre parfaitement dans la pudeur des malgaches dont j’ai parlé récemment sur mon blog. Je dois oui à la sagesse bien malgache, mais comme toutes règles, il y a forcément des exceptions donc des limites à ne pas dépasser, comme celles que tu cites dans ton article. Pour en revenir sur ce que tu appelles « le deuxième bureau » et la violence conjugale, je pense qu’ici ou ailleurs, le problème est le même, sauf qu’ici il existe effectivement et malheureusement très peu de structures pour défendre le droit des femmes. Bisous bisous.

    J'aime

  7. C’est vraiment terrible… Je ne connaissais pas cette situation en Afghanistan… Cette domination primaire d’un sexe sur l’autre rend vraiment les individus inhumains, et malheureusement s’ils ne sont pas naturellement dotés d’intelligence, il n’y a rien à faire pour ramener à la raison, on peut seulement les emprisonner pour les empêcher de nuire 😦 j’espère en tout cas qu’avec le temps et la mondialisation, la situation va s’arranger pour de nombreux pays et libéraliser un peu + la parole sur la situation des femmes battues, trompées ou subissant d’autres horreurs…
    Bises Soahary

    J'aime

    • Heureusement, je peux dire pareil pour mon mari. C’est cool, N’est-ce pas? Profitons bien de notre chance 😛 Dis toi que tu es beaucoup plus heureuse que de nombreuses femmes Malgaches.

      J'aime

  8. je me suis mariées pedant 13 ans avec mon mari on est 2 enfants ‘j’ai eu mal vraiment mal puique c’est sur prise je ne savais pas qu’il est avec la voisine pendant presque 3 mois. Il a chenge de carracteur complètement, je travaille tous les jours surtout après midi lui libre tous les après midi, la voisine sa maitresse elle ne travaille jamais . Elle rentre chez moi tous
    les jours avec son marie et ses enfant ( 2 ). Une autre jour je trouve que il y la parole entre nous deux en couple tients elle
    sortais dans sa parole, j’ai tres etonnant et je demande à mon mari comment elle su notre parole à la maison? il m’avait dit je ne se rien, elle est jalougie de moi chaque fois je fais la remarque. En fin de compte elle n’arrive pas cacher elle a baissée
    son pantalon et elle a montrée mon mari son slip , elle a remuer se faisses et sa hanche devant mon mari. Je ne sais pas quois je regardais .C’est la voisine elle pique mon marie pandant plusieurs mois je n’arrive ratrape jamais tous les deux à la maison chez moi les carracteurs elle m’a montrée j’arrive à comprendre de suite.

    J'aime

  9. Malagasy aho ary sarotiny amin’ny fiteny malagasy iainako. Manalasala ihany ny fandraisanareo io ohabolana io satria tsy araka io heviny io no voalazan’ny tahirin’ny ntaolo. Diniho tsara fa « lamba maloto no ilazana ny ratsy sy ny olana mitranga ao antokantrano » fa ny hoe « tokantrano tsy ahahaka » misy teny hoe (t)ahaka izany hoe ahazoana ny teny « manahaka » na « anahafana » dia azo ilazana fa tsy fanao ny mangala-tahaka ny tokantranon’ny hafa fa samy manana ny maha-izy azy ny tsirairay…ny fangalana tahaka tokoa ny fiainan’ny hafa tokoa no mahatonga ny fitsiriritana ka mety hitarika any amin’ny fialonana sy ny fanaovana hasoparana.
    Tsara kokoa raha mamaritra tanjona mazava ny tokantrano tsirairay amin’ny fitantanany azy ka mizotra amin’iny lalana nosoritany iny fa tsy maka tahaka ny fiainan’ny hafa izay mety tsy ho vitanao satria samy manana ny maha-izy azy ny tsirairay.
    Mankasitraka izay mamaky izao teny antsoratra izao indrindra.

    J'aime

    • Misaotra anao amin’ny fanehoanao hevitra. Liana be mihints aho raha mba afaka zarainao io tahirin’ny Ntaolo lazainao io. Na boky, na site internet na hafa dia mba zarao anitsiana ny rehetra satria ianao no Malagasy voalohany henoko naneho an’io hevitra io fa ny fandraisan’ny ankamaroan’ny olona azy dia hoe tsy aderadera imason’olona ny olana ao an-tonkatrano. Misaotra sahady ôôôô

      J'aime

Qu'en dites vous?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s