Aux urgences un samedi matin

Les consultations médicales sont gratuites dans les hôpitaux publics de Madagascar. Oui, c’est super pour les pauvres à savoir la grande majorité de la population. Sauf que les médicaments sont entièrement à la charge du patient. Du coup, à quoi bon savoir que tu es malade si tu n’as pas les moyens d’acheter les médicaments?

Bref, j’ai fait l’expérience de ces consultations gratuites l’autre jour… C’était un samedi.

Mais avant de vous en parler, je dois vous raconter un épisode bizarre, inexpliqué et drôle de ma petite vie. Vendredi à 21h30, ça me gratte un peu au dessus de la bouche et je me dis que j’ai été peut-être piquée par un moustique. Mais au cours de la nuit, mon visage est passé de celui de Soahary à Homer Simpson et pire encore.

Les preuves en image (j’ai pris des photos pour voir si ça enflait plus ou non)

(Oui oui vous pouvez rire, il n’y a aucun souci. Moi même je rigole là!)

Samedi 6h du matin, direction les urgences.

J’entre là où c’est marqué URGENCES en rouge. Plusieurs personnes attendent là parce qu’il n’y avait semble-t-il qu’un médecin urgentiste qui devait régler les paperasses et tout. J’attends patiemment. Une petite dame est assise à côté de moi et trois personnes (1 femme et 2 hommes) discutent un peu plus loin. Apparemment, la femme a été heurtée par le taxi-be que l’un des deux hommes conduisait et le troisième semble être une sorte de témoin. Mais pas le temps d’en savoir plus, deux jeunes femmes (des internes) en blouse blanche arrivent. Je leur explique la situation, elles demandent à une dame plus âgée (le Médecin) où je dois aller (parce qu’apparemment là, c’est les urgences pour blessures et traumatismes) Je suis donc au mauvais service et doit me rendre à la Réanimation médicale.

« Et ben, on donne beaucoup d’importance à Homer Simpson dans cet hôpital », me dis-je derrière mon pashmina.

Direction la Réanimation médicale donc. J’arrive dans un couloir désert avec une femme de ménage qui s’occupe de ses serpillères. Elle me dirige vers une autre étudiante en interne (on les reconnait par leur « hésitation » à tout) On me dit de m’asseoir sur un lit recouvert d’une bâche rigide en plastique et en fait, là c’est la salle des gens empoisonnés ou qui se sont suicidés. Il y a des instructions fixées au mur sur ce qu’il faut faire en cas de lavage gastrique d’urgences (d’où ma conclusion sur les suicides) L’interne appuie sur une sonnerie et un Médecin arrive rapidement.

Voici venu le temps de ma consultation gratuite:

  • Le médecin ouvre un grand cahier pour y inscrire la date et l’heure
  • Elle sort le quart d’un papier A4 et commence à écrire
  • Elle me demande mon nom, mon âge et mon adresse
  • Elle me demande ce que j’ai
  • Je lui dis que ma lèvre a enflé toute seule
  • Elle me demande si j’ai eu un traumatisme quelconque
  • Je répond que non
  • Elle me demande si j’ai des allergies
  • Je répond que non
  • Elle me demande ce que j’ai mangé la veille au soir
  • Je réponds du riz et de la viande (et me souviens à quel point c’était bon)
  • Elle me demande si ça fait mal
  • Je dis que non
  • Elle me demande si j’ai des problèmes d’estomac (ulcères ou autre)
  • Je réponds que non

Pendant tout ce temps, elle m’a à peine regardée. Non pas que je veuille qu’on me regarde (surtout avec une tronche à la Homer Simpson), mais c’est la moindre des choses lors d’une consultation non?

Et alors que le Médecin continue d’écrire sur son bout de papier, un autre interne (on les reconnaît immédiatement je vous dis) prend ma tension et ma température (il était embarrassé parce que le thermomètre a affiché 35.6 du coup il a menti en disant 37.5 ou je ne sais plus)

Je ressors de là avec un bout de papier une ordonnance bien longue où j’ai droit à non pas un, mais deux trucs pour calmer la douleur (alors que j’ai bien dis que ça ne fait pas mal du tout), quelque chose pour calmer les douleurs à l’estomac et des trucs contre une éventuelle allergie.

BILAN:

  • Le personnel est agréable en général
  • Nos hôpitaux publics sont crades et pauvres avec des infrastructures en ruines et du matériel vétuste
  • C’est normal que ça soit gratuit parce que c’est impossible de payer quoi que ce soit pour une consultation qui n’en est pas une
  • J’espère que les cas plus graves sont mieux traités que ça

Sinon, rassurez-vous, Homer Simpson est complètement parti le samedi même, en fin d’après-midi.

Publicités

17 réflexions sur “Aux urgences un samedi matin

  1. Oh !… J’espère que tu vas mieux ? Cette expérience fait un peu froid dans le dos… Du coup, je me demande s’ils détectent les pathologies graves et ce qu’ils font dans ces cas-là ?

    Même si j’en avais déjà plus que conscience, je suis triste de savoir que des milliers de personnes n’ont pas accès à des soins dignes de ce nom… La santé ne devrait pas être une question d’argent…

    Bonne soirée

    J'aime

    • Rassure-toi je vais très bien. Pour les pathologies graves, je me dis que c’est peut-être mieux dans certains cas où les gens n’auront jamais les moyens de se soigner. Parfois, ne rien savoir permet de vivre relativement sereinement jusqu’à ce que la mort arrive. C’est terrible, mais c’est la réalité 😦

      J'aime

  2. Je partage l’avis de Nath’, ça fait froid dans le dos. HEUREUSEMENT que ta lèvre a désenflée d’elle-même ! Voilà encore une autre forme d’injustice qui me sidère, l’inégalité de la prise en charge de la maladie (au sens large) suivant l’endroit ou tu vis. Ça m’attriste carrément.
    Ici, à Mulhouse, en France, lorsque tu vas aux urgences tu en as pour plusieurs heures d’attente le plus souvent mais tu es généralement bien pris en charge, à condition de rester jusqu’à ce que ce soit ton tour…

    J'aime

    • Je me demande ce qui se passe lorsque les urgences sont aussi bondées que chez toi. Ce jour-là, j’y étais seule et voilà la qualité de la prise en charge. Et là, j’estime que le médecin n’a aucune excuse étant donné qu’il est payé pour ça

      J'aime

  3. Mon amie Malgache, ainsi que des Munzungus installés là bas, m’avaient parlé des hôpitaux à Madagascar. J’avoue que j’ai cru qu’ils exagéraient; mais ce que tu racontes fait peur!!!

    J’espère que tu vas mieux.

    J'aime

    • Oui je vais bien. C’était il y a un mois tout ça. Ah et pour couronner le tout, les médecins et paramédicaux des hôpitaux publics sont en grève là maintenant.

      J'aime

  4. Je compatis ma pauvre… Il m’est arrivée deux fois la même chose à la différence que les dégâts s’étaient généralisés à mon entier faciès…
    Urgence… Piquouse…

    Heureusement pour toi qu’il ne s’agissait de rien de grave, c’est vrai que le diagnostic à la malgache fait un peu peur.

    Une question : n’y a t-il pas chez vous, une autre forme de médecine plus traditionnelle en laquelle les gens ont plus confiance ?

    J'aime

    • En fait, la situation est différente dans les cliniques privées (où il faut payer un tarif très élevé par rapport au budget de la plupart des gens) J’aurai pu y aller mais j’étais persuadée que les urgences publiques allaient me régler ça rapidement. C’est comme ça que ça fonctionne ici, beaucoup de Médecins du public tiennent leur cabinet privé où ils consultent dans les règles de l’art puisque ce les patients payent 😦 Sinon, oui il existe la médecine traditionnelle. Je n’en ai pas encore fait l’expérience, mais beaucoup de gens ne jurent que par ça

      J'aime

  5. Contente pour toi que ça se soit arrangé ! 🙂
    Tu ne sais pas quelle en a été la cause alors ? Un baume à lèvres éventuellement ? :/ En tout cas il ne vaut mieux effectivement pas avoir un gros problème si on veut se faire soigner dans l’hôpital !
    Des bises Soahary Simpson ;-))

    J'aime

    • Ben non, je ne sais toujours pas pourquoi j’ai eu ça. J’ai lu sur internet que des gens peuvent voir leur lèvre enflée de la sorte à cause du stress… Sinon, je ne me mets jamais rien sur les lèvres donc c’est sûr que ce n’est pas une allergie à un produit de ce genre. M’enfin, tout est bien qui finit bien. Des bises Cawo (lol j’avais pas vu le Simpson hahahaha)

      J'aime

  6. Ah les hôpitaux malgaches, on pourrait écrire des livres entier sur la médiocrité des infrastructures… Ça ne m’étonne même pas ce que tu racontes. On se casse un bras et ils te diagnostiquent un palu.

    J'aime

  7. Je ne pensais qu’à une chose en lisant ton article: ma mère a eu des problèmes, elle s’est fait hospitalisée, après 2 jours, le docteur l’a fait sortir, sans qu’elle soit guérie, parce que les paramédicaux sont en grève et que personne ne pourra s’occuper d’elle… :s

    J'aime

    • :s voilà un bel exemple du grand n’importe quoi qui règne ici. J’espère qu’elle a pu se soigner quand même (ailleurs que dans les hôpitaux publics évidemment tssss)

      J'aime

Qu'en dites vous?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s