Madagascar en vidéo #002 Reparlons du famadihana ou exhumation rituelle

Bonjour tout le monde 🙂

Je reviens aujourd’hui pour vous reparler du famadihana ou exhumation rituelle. « Reparler » parce que je vous en ai déjà parlé l’année dernière. Pour rappel, cette coutume malgache se déroule en hiver. Nous sommes maintenant à la fin de l’hiver (hourraaaaa) mais beaucoup de familles retournent encore le corps de leurs ancêtres.

Dans mon précédent billet à propos de l’exhumation rituelle, je n’ai pas trop parlé du fait que reposer au fasan-drazana (caveau familial) est un privilège. Pour les Malgaches, mourir loin du tanindrazana (terre des ancêtres) est d’une tristesse sans nom. Ne vous étonnez donc pas de la solidarité immense que les Malgaches vivant à l’étranger peuvent faire preuve pour rapatrier le corps d’un autre Malgache, qu’il soit de la famille ou non (mais ne vous étonnez pas non plus du contraire parce que les temps sont durs, beaucoup de Malgaches ont perdu leur sens du fihavanana etc.)

Reposer au caveau familial requiert toutefois quelques conditions, dont voici une partie (parce que mes connaissances à ce niveau sont malheureusement limitées) Si le caveau a été récemment ouvert pour un enterrement, le corps d’un défunt est enterré dans une tombe temporaire, à côté du caveau familial. Je ne connais pas le délai autorisé entre deux « ouvertures » du caveau, mais une fois celui-ci dépassé, le corps peut être déplacé pour y reposer. Le déplacement du corps se fait souvent à l’exhumation rituelle suivante. La famille recouvre alors les ancêtres de nouveaux linceuls et en profite pour déplacer celui qui a été enterré à côté. Les jeunes enfants ne sont pas non plus enterrées directement dans le caveau familial. Je ne sais pas pourquoi, mais dans mon ethnie (Merina), les enfants morts-nés ou décédés en bas âge reposent à côté du caveau familial jusqu’à l’exhumation suivante. Ils se peut aussi que certaines personnes soient chassées par leur famille pour une raison ou une autre. Certains parents punissent par exemple des fautes graves en interdisant le repos au caveau familial. Une telle situation est évidemment honteuse et si la famille maintient la sanction à la mort de la personne concernée, elle sera enterrée ailleurs (pas à côté du caveau comme les jeunes enfants, mais dans les cimetières ou dans le caveau d’une autre famille qui l’a accueilli de son vivant par exemple)

Autre précision, le caveau familial est réservé aux parents, aux fils (et leur femme et enfant) et aux filles qui décèdent jeunes ou âgées mais célibataires. Les femmes sont enterrées au caveau familial de leur mari. Évidemment, tout ceci « se négocie » Pour des raisons d’éloignement par exemple, on peut enterrer une personne dans un caveau et la déplacer par la suite. Certains parents peuvent aussi souhaiter « récupérer » le corps de leur fille si son mari décide de se remarier après sa mort.

Pourquoi je vous en parle?

Vendredi dernier, des gens de mon quartier déplaçaient un corps vers le caveau définitif. Ils sont passés juste à côté de chez moi en dansant sur la fameuse musique stridente de la fanfare. Ça a évidemment éveillé la curiosité de tout le quartier. La famille se réjouissait de remettre le corps d’un défunt dans le caveau familial et elle partage cette joie de cette manière. C’est sûr que ce n’est pas courant de voir ça en pleine ville (enfin…pas si loin de la ville quoi) mais beaucoup de gens le font dans les rues de Tananarive. Ce n’est pas l’idéal pour la circulation, mais c’est comme ça. Bref, j’ai couru comme une dingo pour attraper mon appareil et filmer ce moment. Je partage les images avec plaisir, mais je souhaite dire qu’une partie (la principale partie en fait) n’est pas très recommandée aux âmes sensibles, enfin aux âmes TRÈS sensibles

A bientôt

Publicités

9 réflexions sur “Madagascar en vidéo #002 Reparlons du famadihana ou exhumation rituelle

  1. 😀 ça me rappelle un des oncles de ma mère, sa famille a toujours dit qu’elle n’accepterait pas la tante de ma mère (la soeur de ma grand-mère) dans leur caveau familial…du coup, quand il était malade et était sur le point de partir, il a demandé à ma famille d’être admis dans le notre pour qu’il puisse être avec sa femme! Et il y est!
    Ce n’est pas un peu tard pour le famadihana septembre? j’ai toujours pensé que c’était en août!

    J'aime

    • Souvent, les zana-drazana ont la même tenue. Ici, il me semble que non (j’ai pas remarqué tiens) Mais en filmant, j’entendais juste la musique et j’ai accouru pour filmer et j’ai littéralement sursauter en voyant le corps. Je ne m’y attendais pas du tout lol

      J'aime

  2. Bonjour,
    votre qualité rédactionnelle m’intéresse beaucoup. Proposez-vous vos services pour de la rédaction ?
    Que votre réponse soit positive ou négative, n’hésitez pas à me répondre.

    J'aime

  3. Bonjour,

    Je viens de découvrir votre blog que je lis petit à petit. Je me permets d’apporter une petite précision sur le famadihana. On oublie souvent qu’il y a 18 ethnies à Madagascar et ceux-ci n’ont pas tous la même coutume. Il y a par exemple des ethnie qui ne le pratique pas, c’est même « fady », c’est le cas de l’ethnie de mon grand-père maternel, ainsi que ma grand mère paternel alors que celui de ma grand mère maternel le pratique. Pour ceux qui le pratique, on ne met pas les ossements dans un caveau mais dans des sortes d’urne en ciment qu’on aligne à coté des tombes.
    La saison aussi diffère selon les régions, il y a ceux qui le font vers septembre-octobre. Le problème avec l’exhumation est qu’on exhume même parfois des personnes morts de la peste ou autres maladies, ce qui provoque une épidémie dans le village ou la ville, un peu comme ce qui se passe en ce moment.

    J'aime

    • Oui, je suis tout à fait consciente qu’il existe 18 ethnies à Madagascar et j’ai d’ailleurs précisé dans le premier article publié sur cette coutume que je parle du famadihana du nord-ouest de Tananarive parce que je ne connais pas les autres coutumes. Loin de moi l’idée d’ignorer les autres ethnies, mais je ne peux pas non plus m’aventurer à parler de coutumes que je ne connais pas au risque de dire n’importe quoi. En tout cas, je vous remercie de ces précisions. Elles répondent à ma requête dans le premier billet sur l’exhumation rituelle (dont voici le lien https://ranouraii.wordpress.com/2012/05/04/famadihana-exhumation-rituelle-ou-retournement-des-morts/) A la fin de l’article, j’ai demandé à ceux qui connaissent les autres rituels des autres parties de l’île à se manifester. Donc merci 🙂

      J'aime

Qu'en dites vous?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s