Lettre à Soahary

« Chère Soahary,

Rassure-toi, tout va bien!
Toutes ces horribles choses que tu constatais tous les jours, la pauvreté des Malgaches, la politique pourrie, l’éducation déplorable…ne sont que de mauvais et lointains souvenirs.

Quelqu’un d’honnête a fini par arriver à la Présidence de la République. Il a réussi à écarter les politiciens corrompus. La politique est devenue quelque chose de rassurant et d’efficace. Il a réussi à imposer une politique pensée pour les Malgaches et adaptée à leur réalité. Me croirais-tu si je te dis que les Ministres sont désormais sélectionnés en fonction de leur savoir-faire? Ils sont nommés à des postes correspondants à leurs compétences et aucune corruption n’est possible de ce côté-là. D’ailleurs, la population a fini par se battre pour que la corruption arrête de gangréner le pays. Cela ne s’est pas fait en un jour. Il a fallu mettre la plupart des Malgaches à l’école parce que seuls les ignorants se font avoir par les dirigeants. Au lieu de donner inutilement des milliards aux ministres, aux députés etc. ce Président dont je te parle s’est entouré de techniciens hautement qualifiés et désireux de sortir Madagascar de sa pauvreté. Les salaires et avantages des ministres et députés ont été revus (à la baisse évidemment) et le budget dédié aux lubies des dirigeants de ton époque a servi à améliorer jour après jour l’éducation et l’enseignement. Seules les personnes diplômées et compétentes ont été recrutées pour enseigner et elles ont été assez motivées (par de meilleures conditions salariales etc.) pour aller enseigner dans les campagnes les plus éloignées. La large majorité des enfants Malgaches bénéficient d’une éducation réelle et efficace. Ils apprennent avec plaisir parce que l’école les préparent vraiment à la vie. L’école est obligatoire et gratuite jusqu’à 15ans et les parents n’ont qu’à payer les fournitures, le reste est gratuit. Ils ne doivent plus donner une partie de leur récolte pour payer des professeurs, pour payer l’assurance scolaire etc. Des écoles aux normes internationales ont été construites dans les villages les plus reculés, les enfants ne doivent plus faire des kilomètres pour étudier. Et grâce aux cantines scolaires mises en place dans toutes les écoles publiques, les élèves ne somnolent plus de faim. Ils apprennent mieux et tout le monde a pu constater que les enfants Malgaches sont intelligents et assoiffés de connaissance. Ils ont le choix à partir de 15ans entre l’enseignement général et l’enseignement technique pour apprendre directement un métier. Je parle surtout de l’enseignement parce que je sais que ce sujet te tenait vraiment à cœur.

zazakelyPhoto de Steve Evans publiée ICI

Mais le progrès touche aussi de nombreux autres domaines. Un autre sujet qui était cher à ton cœur: le sort des paysans. Ils ont pu faire facilement les démarches nécessaires pour posséder légalement leurs terres, ce qui les protègent d’expropriation ou d’autres mésaventures de ce type. L’absence d’intermédiaire entre les producteurs et les consommateurs finaux font également qu’ils gagnent à la sueur de leur front, ils ne sont plus obligés de pratiquer des tarifs ultrabas. C’est devenu possible depuis que le réseau routier desservant les campagnes a été amélioré. Les routes existantes sont désormais en parfait état et de nouveaux réseaux routiers ont été créés pour faciliter l’acheminement des produits vers les villes. Les zones enclavées des années 2010 n’existent plus. Cette accessibilité des campagnes a également contribuer à un phénomène d’exode urbain des populations. Beaucoup de familles ont choisi de vivre à la campagne pour exploiter les terres au lieu de s’entasser inutilement dans les villes. Des centaines de coopératives les rassemblent pour tirer pleinement profit de leurs activités. Certaines coopératives ont pu signer des contrats directement avec des firmes agroalimentaires internationales et les producteurs qui en font partie exploitent les terres avec une assurance de rentabilité plus que probante. On peut désormais vivre (et non survivre) de l’agriculture.

Mais tout ça pris un temps fou. C’est le fruit d’un travail de longue haleine. Quelqu’un à l’éducation nationale a un jour proposé qu’on apprenne aux Malgaches à aimer Madagascar et à se faire à l’idée que toute la richesse mondialement connue de Madagascar appartient avant tout aux Malgaches. Des milliers de projets concrets ont été organisés au cœur de la population, tu sais cette masse ignorante et laissée pour compte, ces 90% de la population malgache habituellement oubliés. Ils savent que le bois de rose et tous les autres bois précieux, les tortues, l’or, le saphir, le pétrole et toutes les richesses, sur terre ou dans le sol de Madagascar leur appartient avant tout. Les élèves ont pu faire des voyages scolaires de masse à la découverte de nos forêts, de nos stations balnéaires, de nos côtes et nos mers. Ils ont pu faire des randonnées en forêt, de la plongée sous-marine, découvrir les baleines à bosse de Sainte-Marie qui donnent naissance à leurs baleineaux entre juin et septembre etc. Les échanges et voyages divers à la découverte des autres ethnies ont également fait que les Malgaches se connaissent mieux désormais d’un point de vue culturel. On a pu échanger nos connaissances et nos richesses alors qu’à ton époque, on ne se connaissait pas bien entre nous. Une fois conscient que Madagascar est tellement beau et tellement riche et surtout que Madagascar nous appartient (pas seulement à une poignée de gens corrompus et égoïstes), on a aimé le pays plus que jamais. Nous sommes jaloux et très protecteurs de toutes ces richesses. Il est désormais hors de question que des dirigeants pourris en aient le contrôle pour leur propre bien. Chaque rondin de bois de rose coupé contribue désormais à la prospérité du pays.

Soahary, nous aimons Madagascar, pas comme à ton époque où les Malgaches étaient trop occupés à trouver leur repas au jour le jour. Nos jeunes parlent couramment le malgache et bien d’autres langues, mais le malgache avant tout. Nos jeunes projettent pour la plupart de créer des entreprises locales, en ville et à la campagne. Le taux de chômage bat des records, mais dans le sens contraire de ce que tu as connu. Ce n’est plus la peine de sensibiliser les gens pour qu’ils arborent le drapeau malgache à leur fenêtre avant le 26 juin parce que tout le monde le fait spontanément. Nous sommes fiers d’être Malgaches, de parler malgache lors de nos discours officiels, de manger malgache lors de nos fêtes et de faire en sorte tous les jours que Madagascar continue sur cette lancée et brille aux yeux du monde. Tous les matins, les écoliers chantent notre hymne avec joie. Ils lèvent le drapeau en sachant qu’il faudra le protéger coûte que coûte et qu’il faut mériter tous les jours cette terre héritée de nos ancêtres. Les cours d’éducation civique ont repris et les jeunes sont sensibilisés quotidiennement pour aimer et respecter Madagascar et le démontrer à travers leurs faits et gestes.

Soahary, comme beaucoup de Malgaches de ton époque, tu as participé à ce progrès. Un jour tu t’es dis qu’il était temps de faire quelque chose. Et de très nombreux Malgaches ont eu cette même aspiration. Énormément de Malgaches qui échangeaient sur internet à travers des blogs et des réseaux sociaux ont quitté leur clavier pour aller sur le terrain. Chacun a mis du sien, humblement et discrètement de son côté. Beaucoup de Malgaches vivant à Madagascar ont agi, mais également des Malgaches vivant aux quatre coins du monde. De nombreux petits projets ont vu le jour parce que chacun voulait apporter sa pierre à l’édifice. Il y avait tellement de projets insoupçonnés. Comme tu aimais si bien le dire, chaque projet était comme une goutte d’eau dans l’océan et ça a porté ses fruits. Et les dirigeants ont fini par suivre le mouvement, par culpabilité de ne rien faire pour un peuple qui mérite tout, mais aussi parce que les lois s’appliquent aussi sur eux. Il est loin le temps où les dirigeants étaient au-dessus des lois, nos prisons sont remplis d’anciens responsables corrompus. Te rappelles-tu de juin 2014 où tu pensais que tout était perdu. Tu as eu tord! Ne laisse pas tes bons projets pourrir dans tes rêves. Fais en une réalité. Dis aux autres qu’il y a encore quelque chose à faire »

Publicités

12 réflexions sur “Lettre à Soahary

  1. Bonjour,
    Merci pour cet excellent billet sur notre beau pays. Je suis comme beaucoup d’entre nous, je rêve de ce bel avenir pour Madagascar. J’ai donc partagé le post sur le net 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. Manomehy fanantenana ilay lahatsoratra, mitombo 1 indray ny olona mihombon-kevitra aminao fa ho tanteraka tokoa ilay nofinofin-tsika malagasy raha ny olona rehetra no mba manana hetahetam-po tahak’izao ary hiezaka mba hanatanterahana izany fa tsy « mijery baolina fotsiny » 😉

    Aimé par 1 personne

  3. Le dernier paragraphe est très émouvant. Tu m’as mis les larmes aux yeux, et même si je ne suis pas malgache, il m’a redonné espoir pour ton peuple.
    Tu peux faire de grande chose avec te parole Soahary, j’espère que tu t’en rends compte.

    Aimé par 1 personne

  4. Ping: Enfin une bonne nouvelle? | °Une goutte d'eau dans l'océan°

Qu'en dites vous?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s