Octobre 2016: Il n’y a aucune raison d’aimer la pluie

Bonjour à tous,
J’espère que vous allez très bien.

Je reviens aujourd’hui après avoir déserté le blog depuis à peu près quatorze ans. Je n’ai malheureusement pas grand chose à partager avec vous. Je voulais juste faire une petite mise à jour. En fait, nous en sommes à l’intersaison et je trouve que c’est un bon moment pour publier quelque chose. Bref!

Pour résumer, nous en sommes à la transition entre l’hiver qui est sec et froid et la saison des pluies qui est chaude et humide. Il y a quelques années, je détestais la saison des pluies. Il me semble même l’avoir déjà dis ici. Mais en fait, c’était à une époque où je sortais tous les jours pour aller travailler. Se faire surprendre par la pluie dans la rue était alors un vrai supplice. Entre la poussière qui devient de la boue, les bus hyper bondés avec des gens trempés de la tête aux pieds dedans et les voitures qui roulent à 3.000km/h dans les flaques d’eau, il y avait de quoi détester cette saison. Mais les choses ont changé…Je n’ai plus à « subir » tout ça et depuis, j’aime la saison des pluies. Que dis-je? J’A.D.O.R.E la saison des pluies.
La nature revit.
Le paysage est verdoyant.
Les fins de journées sont fraîches.
Il n’y a plus de poussière qui virevolte au gré des vents et qui se retrouve partout sur tes affaires.
Bref, j’adore la saison des pluies.

Tout ça pour en venir au fait qu’il a replu depuis la semaine dernière. Et je ne parle pas des petites pluies qui durent 3 minutes. Non, je parle de bonnes grosses pluies qui mouillent bien le sol, qui arrosent bien les plantations de mes voisins maraîchers et qui nettoient parfaitement les voitures garées dehors.

Sauf que…je dois être parmi les rares Malgaches, du moins les rares Tananariviens, à aimer la pluie. La pluie est bonne. C’est tout ce que les cultivateurs attendent pour lancer les moissons et autres travaux pour avoir de bonnes récoltes d’ici quelques mois. Mais à Tananarive, notre chère capitale, c’est tous les ans la même histoire: pluie = montée des eaux.

Tous les ans, depuis une dizaine d’années à peu près (je m’en souviens parce que le 29 décembre 2007, j’ai été surprise par la première bonne grosse montée des eaux dont j’ai été victime), la pluie fait monter les eaux dans tous les recoins de la ville.
Le système d’évacuation est tout simplement mort.
Nos rues deviennent de véritables fleuves après un petit quart d’heure de grosses pluies.
Les canaux et les égouts débordent.
Les trous béants piègent les automobilistes parce qu’on n’y voit rien quand les rues sont recouvertes de 2 mètres d’eau.
Bref, il n’y a aucune raison d’aimer la pluie quand on est à Tanà.

rn1

Publicités

6 réflexions sur “Octobre 2016: Il n’y a aucune raison d’aimer la pluie

  1. Coucou Sohary! Ravi d’avoir de tes nouvelles…je voulais te donner ded nouvelles de Heritiana qui a eu 2 ans dernièrement 🙂 C’est un vrai petit rayon de so, eil dans ma vie et tu sais à 10 000 km du pays natal de don papa, il adore écouter « ino maresaka » de dat’kotry et comme à « chanter  » le refrain. Voilà je te dis à bientôt Sohary.

    Aimé par 1 personne

    • 2 ans déjà…que le temps passe vite. Merci de nous donner régulièrement des nouvelles. Il faudrait lui faire visiter le pays de son Papa un de ces jours. A bientôt et portez vous bien

      J'aime

Qu'en dites vous?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s